Au sujet de la Grèce et Bruxelles

Ecrit par BUS sur . Publié dans Actualités, Revue de presse

revue_de_presseL'accord récemment conclu entre le gouvernement grec et Bruxelles signifie-t-il une capitulation pour Syriza? L'annonce des renoncements futurs – et inéluctables, se délectent par avance certains – de la gauche radicale? Contribution du journal Le Monde dans la campagne politico-médiatique sur le thème "il n'y a pas d'alternative": 

Le Monde Grèce : la liste des réformes concédées à Bruxelles

L'essentiel : Un accord a été validé, à l'issue de longues tractations, vendredi entre la Grèce et les créanciers internationaux pour la poursuite d'un plan de sauvetage au pays. L'initiative des réformes est désormais laissée à Athènes, puis approuvée par les créanciers. La Commission estime qu'il s'agit d'un « point de départ valide » à des discussions. L'aile gauche du parti Syriza fustige un accord qui prolongerait, selon elle, les mesures d'austérité imposées au pays, que le parti de gauche radicale s'était pourtant engagé à supprimer. [> lire la suite sur le site du journal]

Et si l'on analysait les choses sous un autre angle? 

Des intellectuels montent au créneau pour défendre l'accord décroché par Syriza à Bruxelles, qui a le mérite d'« acheter du temps ». Mais ce fragile compromis renforce aussi la voix d'adversaires de l'euro, qui plaident pour une rupture plus musclée avec les institutions. [>lire la suite sur médiapart]