Compte rendu du premier rendez-vous des états Généraux de l’Ecole à Bures-sur-Yvette

Ecrit par BUS sur . Publié dans Actualités, Actualités du BUS

La projection du film "C'est d'apprendre qui est sacré" a introduit notre premier rendez-vous des états généraux de l'école. La réalisatrice, Delphine Pinson, y suit le démarrage d'une classe Freinet en milieu rural avec son enseignant, Michel Duckit. Bienveillance, entraide, autonomie, absence de compétition, ouverture sur le monde, des enfants heureux dont on valorise les réussites,  l'intégrations facilité des enfants handicapés, sont quelques uns des aspects positifs relevés par les participants. L'intervention de Jean-Guy Lafaye, enseignant et membre du réseau ICEM (Freinet) a permis de creuser certains points et répondre aux principales questions que se posaient les participants, une soixantaine de personnes, enseignants, élus, parents d'élèves de bures et des communes voisines, ou citoyens intéressé par l'école : sur les possibilités de généralisation, avec des enfants plus jeunes, ou plus vieux (collège, lycée), en fonction des apprentissages visés (possibilité de formation, d'abstraction), des effectifs, de la taille des groupes scolaire et de l'isolement au sein de ceux-ci, sur le rôle de l'Education Nationale, sur la formation des enseignants, ou encore sur la place des parents qui n'est pas évoqué dans le film. Jean-Guy Lafaye a souligné l'importance de la posture bienveillante et de l'esprit militant, clés de voute de la démarche, le support du réseau Freinet qui permet le partage d'expérience et de ressources entre enseignants, le rôle de l'Education Nationale, parfois pesant avec un envahissement des taches administratives mais qui peut aussi être favorable avec l'introduction des cycles. 
Pour terminer, les participants ont formulé quelques propositions qu'ils jugent favorables à la concrétisation des points très positifs relevés précédemment. A un niveau plus local, il a été question de la communication renforcée avec les parents, prenant exemple sur l'co-animation d'ateliers avec les enseignants et les parents, favoriser et soutenir tout projet qui permet aux enfants de plus expérimenter, de manipuler, interagir avec la nature, et effectuer des actions en direction des politiques pour obtenir des moyens pour cela. Au niveau national, diminuer les effectifs dans les classes et permettre un fonctionnement plus souple en limitant les contraintes administratives, l'aménagement des locaux trop souvent organisés pour une pédagogie frontale, promouvoir la formation des enseignants, initiale et continue, y compris en reconnaissant les stages de pédagogie dans le temps de travail et la rémunération, de la nécessité d'interpeller l'Education Nationale sur les effets du harcèlement et de l'échec scolaire, l'utilité de faire la promotion des expériences pédagogiques nouvelles, avec une campagne de communication sur les pédagogies Freinet et autres, et… jusqu'au libre accès à l'eau pour les enfants, important pour le fonctionnement de leur cerveau, ce qui rejoint une autre lutte…