Respecter les rythmes des enfants

dossier_du_BusDans la suite de notre assemblée citoyenne éclairée par la conférence de Claire Leconte (voir ici les extraits audio et le compte rendu) le BUS propose un dossier spécial sur les rythmes des enfants et la mise en place de la réforme du temps scolaire à Bures-sur-Yvette. 

Des explications et nos propositions sont synthétisées dans cette vidéo : 

Eclairés par l’intervention de la chronobiologiste Claire Leconte, réunis à l’initiative de BUS, 80
Buressois ont débattu et défini les principes qui doivent présider à la mise en place de la « réforme
des rythmes scolaires ». Une priorité : le bien-être des enfants. Une condition : prendre en compte
tous les temps de leur vie, en associant l’ensemble des intervenants de la communauté éducative.

Décret Peillon : peut mieux faire… 

Le décret est trop contraignant : il interdit des organisations expérimentées sur le terrain, reconnues respectueuses des rythmes de l’enfant. L’Etat se déleste d’une partie de sa mission éducative en déléguant aux communes la prise en charge du temps périscolaire, au risque d’une aggravation des inégalités entre les territoires. Il ne donne pas aux collectivités locales les moyens d’assurer durablement l’accès gratuit aux activités éducatives.  Une réforme est nécessaire, mais le cadre imposé par le décret doit évoluer.

Élaborer un projet éducatif local, c’est urgent ! 

Une réforme de l’organisation du temps scolaire dans l’intérêt des enfants s’appuie nécessairement sur la mobilisation des parents, des personnels enseignants et non-enseignants et des intervenants municipaux. Un travail approfondi d’explication des enjeux et d’identification des besoins de chacun permettra de construire un projet éducatif ambitieux. 
Nous y apportons notre contribution.

Propositions de BUS 

• Assurer la gratuité des activités périscolaires ;
• Allonger les matinées : avec deux pauses, dont une avec collation ;
• Eviter l’éparpillement des temps d’activités péri-éducatives ;
• Limiter à deux heures la pause méridienne ;
• Rediscuter du choix de la demi-journée rétablie : mercredi ou samedi ?
• Encourager une expérimentation pédagogique (par exemple: sept demi-journées de classe) .